Il était une fois l’hospice… Le film

Publié le 23 juillet 2017

« Ne perdons rien du passé, ce n’est qu’avec le passé qu’on fait l’avenir »

Anatole France

Un film réalisé par un agent de l’EHPAD de Saint-Héand a réuni membres du Conseil d’Administration, bénévoles et professionnels de l’EHPAD et du SSIAD pour une belle soirée nostalgie. Voici retracés les principaux évènements de l’histoire de cet établissement :

 

1896
Mr Lucien Thiollier, maire de Saint-Héand, exprime dans un livret du Conseil municipal son regret de n’avoir pu faire construire un hospice afin que les Héandais puissent se faire soigner dans leur village.

1924
C’est grâce à la générosité des Héandais, des dons et legs, que l’Hospice d’une capacité de 30 pensionnaires vit le jour sous la houlette de son fils, Louis Thiollier. Les membres du Conseil municipal à l’unanimité et au nom de la population héandaise toute entière adressent à Mr Thiollier l’hommage de leur gratitude et de leur plus vive reconnaissance pour son dévouement et sa contribution personnelle et décide, pour perpétuer la mémoire de son bienfaiteur, que l’hospice portera le nom d’Hospice Saint-Louis.

25 mai 1924
1ère Commission Administrative de l’Hospice

1925, extraits du règlement intérieur :
Les pensionnaires ne devront en aucun prétexte s’absenter de l’hospice sans autorisation de la directrice de l’établissement.
La directrice aura le droit de donner tout ordre qui sera compatible avec la force et la santé des pensionnaires. Ceci doivent les exécuter.
Les pensionnaires auront la faculté de se promener dans les cours et jardins sans sortir de l’enceinte après avoir accompli les services auxquels ils seront astreints pour le bon entretien de l’établissement.
La sortie libre des pensionnaires est fixé au dimanche de 7h à 17h. La directrice pourra accorder une sortie libre le jeudi mais seulement de 15h à 17h.
Les parents et amis des pensionnaires pourront les visiter le dimanche de 8h à 18h. En cas de maladie, ils pourront être admis plus souvent.
L’heure du coucher est fixé à 19h30 du 1er octobre au 21 mars et à 20h30 du 1er avril au 30 septembre.
L’heure des repas est fixé ainsi qu’il suit : déjeuner à 7h15, dîner à 11h, gouter à 16h et souper à 18h30.
Dans le cas où les pensionnaires se croiraient lésés, ils devront porter leurs plaintes à Monsieur le Maire qui convoquera la commission pour statuer sur leurs sorts.
En cas d’infraction au présent règlement, les pensionnaires seront passibles des peines suivantes : la 1ère fois réprimandé par la commission, la 2ème fois réprimandé par la commission avec affichage dans les salles de l’hospice, la 3ème fois exclusion de l’établissement après avis de la commission.
P.S. : comme punition, on applique le plus souvent la privation de sorties, de vin et de tabac.

1934
Construction de la Chapelle

1939
Souscription pour offrir un orgue à la Chapelle

1939 – 1945
En raison de la pénurie due à la guerre, pour remédier aux soucis de ravitaillement, pour nourrir la maisonnée, il est décidé d’acheter des agneaux, des moutons, d’élever des porcs et des oies

1957
Achat d’une voiture d’occasion

1959
Création d’un poste d’employé de bureau

1961
Installation d’un ascenseur et de salles de bains

Juillet 1966
Inauguration de l’agrandissement de l’Hospice portant à 97 le nombre de lits

1965
Installation de 5 postes téléphoniques

1971
Création d’un poste d’infirmière civile

1978
Nomination d’une directrice civile et création d’une officine à usage interne à l’établissement

1979
Branchement de la télévision dans chaque chambre

1981
Les Héandais peuvent désormais accéder au service de portage de raps à domicile

1982
La modernité s’installe à l’Hospice avec l’arrivée des premiers ordinateurs et d’une cabine téléphonique

Juillet 1983
Transformation de l’Hospice en Maison de retraite publique

1986
Lors du Conseil d’Etablissement du 15 janvier, il est décidé qu’il y aura des travaux d’extension et d’humanisation sur le terrain existant nécessitant la démolition du bâtiment construit dans les années 1960 et de la villa Marie Louise

19 février 1986
L’équipe d’animation débute ses activités

1987
Chaque mois, les anniversaires sont fêtés

Novembre 1998
Entrée en fonction des premiers bâtiments neufs avec ouverture du CANTOU

2 juillet 1990
Inauguration des nouveaux bâtiments portant l’établissement à une capacité de 103 lits

Septembre 1993
Un Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD) voit le jour. Sa capacité était de 14 places. Des financements complémentaires ont permis d’étendre cette capacité progressivement à 35 places depuis 2008.

2008
L’établissement procède à la suppression des chambres à 2 lits pour garantir le droit à l’intimité de chaque résident. Des possibilités pour l’hébergement des couples demeurent.

La vie continue à s’égrener paisiblement dans cette maison bientôt centenaire.

Cliquez sur les vignettes pour afficher le diaporama.